COTES DE CLERMONT
   Site de l' ASCOT : Association pour la Sauvegarde des Côtes de Clermont-Chanturgue
Accueil
Actualité
Archéologie
Biodiversité

Géologie
Ouvrages de pierres
Publications
Nos coordonnées


L'âge du Bronze

 
    Pour cette période, les vestiges les plus intéressants sont deux découvertes funéraires – l'une datant du Bronze ancien, l'autre du Bronze final – faites à l'occasion de rapides fouilles de sauvetage, lors des terrassements pour le futur collège de Trémonteix (bas du versant S/O du plateau des Côtes) en 1983-84.

Une tombe double à caisson de l'âge du Bronze ancien (autour de 1800 av. J.-C.)

    Une spectaculaire tombe double à caisson, recouverte d'une dalle de basalte et comportant deux niveaux d'occupation, fut dégagée par Paul Eychart en 1984.

    Le caisson était construit en pierres calcaires locales, celles des parois latérales posées verticalement, alors que pour le chevet elles avaient été assemblées selon la technique du « tholos » c'est-à-dire en encorbellement. Le niveau supérieur de la sépulture contenait les restes osseux d'au moins deux enfants (peut-être un troisième). Au niveau inférieur, deux squelettes d'adulte, dont l'un avait reçu une trépanation temporale droite, étaient disposés en position foetale.











Niveau inférieur de la tombe contenant les deux squelettes adultes (cliché Paul Eychart - 1984)
Relevé de la tombe : vues en plan et de profil
(P. Eychart - 1984)


Une sépulture de tisserand(e) de l'âge du Bronze final (1200-1000 av. J.-C.)

    Une structure fort originale, identifiée par Paul Eychart à une sépulture par incinération de tisserand, fut dégagée par ce dernier et Gilbert Boudriot en 1983.




Dessus de la sépulture en début de fouille
Fragments de céramique ayant contenu des cendres
Trois pesons
Clichés P. Eychart - 1983
Fond de sépulture en fin de fouille

    Il s'agissait d'une fosse cylindrique coiffée d'une chape de grosses pierres et creusée dans le calcaire sur 1 m de profondeur. Le fond de la cavité était occupé par les fragments de deux céramiques dont l'une contenait des cendres (restes de l'incinération).

    Au-dessus de cette couche, une trentaine de pesons (éléments de métiers à tisser servant de contrepoids), d'un volume exceptionnel (2,4 kg en moyenne, 17 à 19 cm de diamètre), remplissait la fosse. De plus, trois éléments en bois placés au milieu des pesons devaient correspondre à des fragments d'un métier à tisser !




Carte aérienne montrant le lieu des fouilles (carte Googlearth)