COTES DE CLERMONT
   Site de l' ASCOT : Association pour la Sauvegarde des Côtes de Clermont-Chanturgue
Accueil
Actualité
Archéologie
Biodiversité
Ouvrages de pierres
Géologie
Publications
Nos coordonnées


Le Néolithique



    Une sépulture du Néolithique ancien (5300 - 4550 av. J.-C.)

    Le plus vieux « clermontois » connu, âgé d'environ 7000 ans, fut mis au jour en 1973 par Jean-Pierre Daugas – à l'occasion de travaux au lieu-dit du Creux-rouge, sur le bas du versant sud du plateau des Côtes –  sous la forme d'un sépulture par inhumation.

    Le squelette, qui se trouvait en position repliée et couché sur son côté gauche, était celui d'un individu de sexe masculin, âgé d'environ 45 ans. Ce dernier avait de nombreuses pathologies et des dents très usées, la molaire inférieure comportant une grosse carie ! Un morceau de meule en granit et une hache en pierre (fibrolite) avaient été déposés au niveau de l'individu.

    Mais le fait le plus remarquable était la coloration artificielle rouge vif qui enveloppait le squelette. On peut penser à un rituel funéraire, cette coloration étant due à des sables feldspathiques présents à proximité (d'où le nom de Creux-rouge).











Sépulture du Néolithique ancien (Daugas/Malacher - 1978)
Sépulture du Néolithique ancien - remarquer le squelette sans crâne, ce dernier ayant été récupéré avant les fouilles et remis aux archéologues (cliché J.-P. Daugas 1973)



    Un habitat du Néolithique final (2500 – 2300 av. J.-C.)

    Pour cette période très mal connue pour le Massif Central, une occupation du site de Trémonteix (bas du versant S/O du plateau des Côtes) a été mis en évidence par Sylvie Saintot (Responsable INRAP), lors de fouilles préventives réalisées en 2011.

    Cette occupation se caractérisait par des aménagements en terrasses, un habitat (trous de poteaux, fosses-dépotoirs, chapes de foyers) et des aires spécialisées consacrées aux activités artisanales (transformation du silex, production d'outillage en os et en bois de cerf).
    Parmi les produits du silex, on peut signaler un racloir à encoches, des fragments de poignard, des grattoirs sur lame et une armature de flèche.
    Des vases et jarres en céramique ont également été découverts. Cependant, les éléments de mobilier les plus originaux sont les cuillères en terre cuite.





Vue du site en cours de fouille situé en limite des secteurs urbanisés de Clermont-Ferrand - au loin le Puy de Crouël et le Puy Long (cliché S. Saintot/INRAP - 2011)
Cuillère néolithique (cliché S. Saintot/INRAP - 2011)

Carte Googlearth indiquant les emplacement des découvertes néolitiques