COTES DE CLERMONT
   Site de l' ASCOT : Association pour la Sauvegarde des Côtes de Clermont-Chanturgue
Accueil
Actualité
Archéologie
Biodiversité

Géologie
Ouvrages de pierres
Publications
Nos coordonnées

                                                                L'âge du Fer

 Monnaies Gauloises


Artisanat
Lieu refuge
Habitat sommital
Habitat vallon
Monnaies


    Onze monnaies gauloises (neuf arvernes et deux bituriges) furent découvertes par Paul Eychart sur le plateau des Côtes de Clermont. Les neuf monnaies arvernes sont tout à fait représentatives des monnaies émises dans la patrie de Vercingétorix entre le milieu du IIe siècle av. J.-C. et la conquête romaine. En effet, les cinq types de monnaies arvernes présents sur les Côtes sont parmi les six types les plus abondamment représentés sur Corent, la « capitale » religieuse et politique des arvernes, qui recèle l'immense majorité des monnaies émises jusqu'à la conquête :

    Le premier type de monnaie (2 exemplaires), le « potin au long cou », commence à circuler au milieu du IIe siècle av. J.-C. Son revers figure un animal (fantastique ?) dont la tête est représentée de manière abstraite par deux points.


  • Potin au long cou
     (Musée Bargoin réf. 2004-4-2, cliché ASCOT - 2010)
    Potin au long cou
     (Musée Bargoin réf. 2004-4-10, cliché ASCOT - 2010)



    Le second type, la « monnaie au renard » (4 exemplaires), représente au revers un renard, la queue relevée en esse (comme sur le potin au long cou). Le profil d'une tête humaine est figuré au droit. Ce type de monnaie apparaît à l'extrême fin du II
    e siècle ou au tout début du Ier siècle av. J.-C.

  • Monnaie au renard
     (Musée Bargoin réf. 2004-4-1, cliché ASCOT -2010)
    Monnaie au renard
     (Musée Bargoin réf. 2004-4-8, cliché ASCOT - 2010)
    Monnaie au renard
     (Musée Bargoin réf. 2004-4-5, cliché ASCOT - 2010)
    Monnaie au renard
     (Musée Bargoin réf. 2004-4-7, cliché ASCOT - 2010)

  • Le troisième type, la « monnaie au renard/cheval » (1 exemplaire), représente également un renard, mais au lieu du profil d'une tête humaine, un cheval est figuré sur l'autre face. La datation est la même que pour le type précédent.
  •  Monnaie au renard-cheval
    (ASCOT, Cliché ASCOT - 2010)

    Le quatrième type, épigraphe, répertorié sous le nom de « monnaie à légende IIPOS à la cigogne » (1 exemplaire), daterait du début du I
er siècle av. J.-C. Sur le revers, où a été frappé le nom IIPOS (magistrat monétaire ?) signifiant cheval, un oiseau est figuré. Si son espèce est difficile à identifier, il s'agit en tout cas d'un échassier. Si l'un des premiers numismates à avoir identifié la monnaie a cru reconnaitre une cigogne, il pourrait plus vraisemblablement s'agir d'une grue.
  •  IIPOS à la cigogne
    (Musée Bargoin réf. 2004-4-1, cliché ASCOT - 2010)
     
  •   Le cinquième type, la « monnaie à légende ADCANAVNOS » (1 exemplaire), également épigraphe, a été émis aux alentours de 60 av. J.-C. : il s'agit de la monnaie arverne ayant le plus circulé pendant la guerre des Gaules (58-51 av. J.-C.). Le nom ADCANAVNOS (pouvant signifier « jeune loup ») est frappé sur le droit devant un visage de profil, un cheval étant figuré sur le revers.

  • ADCANAVNOS
     (Musée Bargoin réf. 2004-4-9, cliché ASCOT - 2010)

        Un autre type, contrairement aux cinq précédents, n'est pas arverne mais biturige (Berry actuel). Il s'agit de la « monnaie au cheval et aux trois annelets » (2 exemplaires) émis dans la première moitié du Ier siècle av. J.-C

  •  Bituriges cubi
    (Musée Bargoin réf. 2004-4-3, cliché ASCOT - 2010)
      Bituriges cubi
     (Musée Bargoin réf. 2004-4-4, cliché ASCOT - 2010)