COTES DE CLERMONT
   Site de l' ASCOT : Association pour la Sauvegarde des Côtes de Clermont-Chanturgue
Accueil
Actualité
Archéologie
Biodiversité
Géologie
Ouvrages de pierres
Publications
Nos coordonnées


OUVRAGES EN PIERRE SECHE


Types de murs
Disposition des murailles
Construction des murs
Types de cabanes Constrution des cabanes Origine


Disposition des murs de cloture et de crête



Murs de clôture et murs de soutènement


Sur les sept kilomètres du pourtour du plateau des Côtes, situés sur ses premières pentes, des murailles forment un quadrillage irrégulier dont la plupart sont difficilement accessibles en raison des broussailles. Il s'agit de murs de clôture construits dans le sens de la pente et de murs de soutènement. Des cabanes peuvent y être incluses. La partie la mieux conservée et la mieux étudiée est située au sud-est du plateau ; certains murs y sont imposants. Les murs les plus élevés sont généralement situés en haut de la pente sous la falaise, là où le degré de la pente est le plus élevé.

Relevés d'un réseau de murs, secteur sud-est (Eychart – 1961, p. 86)


Quant aux murailles du nord-ouest, elles ont malheureusement été détruites dès les premières années d'exploitation de la carrière. Avec celles de la partie sud-est, il s'agissait des plus importantes. Dans ce secteur, plusieurs chemins d'accès au sommet étaient entourés de murs en pierre sèche . Sur un de ces chemins, un embranchement conduisait au captage d'une source.

Relevé d'un réseau de murs aujourd'hui détruits par l'exploitation de la carrière (certains délimitaient un sentier), secteur nord-ouest (Eychart – 1961, p. 92)


Selon les études de l'ARAFA, réalisées côté sud-est, chaque parcelle aurait fait l'objet d'aménagements indépendants. L'exemple pris est celui de la parcelle sur laquelle est bâti le mur à contreforts : les quatre murs de soutènement, formant un ensemble cohérent, ne se prolongent pas dans les parcelles contigües.



Murs de crête


Schéma des murs repérés par Paul Eychart sur une partie de la crête sud du plateau des Côtes (Eychart – 1969, p. 173)


Sur la partie située la plus à l'ouest de la crête sud du plateau des Côtes, Paul Eychart releva sur environ 300 m des murs aménagés de la façon suivante :

  • deux murs espacés de 1 m à 1,80 m (aujourd'hui démolis et/ou ensevelis sous le talus de la route menant à la tour hertzienne) ;

  • deux murs accolés à deux corps (le mur côté versant étant plus bas que celui côté crête) continuent à suivre la crête puis à descendre quand le plateau s'élargit, avant de s'interrompre : ces deux murs peuvent atteindre 3,50 m de large.

Un aménagement de ce dernier type a également été réalisé du côté sud-est où deux murs accolés sont plaqués contre la falaise. La partie située au-dessus du mur à contreforts est relativement bien conservée.


Mur double plaqué contre une falaise, immédiatement sous la crête (cliché P. Gras/ASCOT – 2013)

Ce type d'aménagement pouvait servir de voie circulation aux cultivateurs (information orale de Michèle Labbe/ARKOSE), leur permettant d'accéder plus facilement à leur parcelle. Placé le long d'une falaise, il pouvait également servir à contenir les éboulis.