COTES DE CLERMONT
   Site de l' ASCOT : Association pour la Sauvegarde des Côtes de Clermont-Chanturgue
Accueil
Actualité
Archéologie
Biodiversité

Géologie
Ouvrages de pierres
Publications
Nos coordonnées

Epoque gallo-romaine 

Agglomération périurbaine
Sanctuaire et Fanum
Quartier Artisanal
Villa de Trémonteix
Sanctuaire Trémonteix


    La présence d'une petite agglomération du Haut-Empire sur le plateau des Côtes et celle d'une importante Villa couplée à un exceptionnel sanctuaire des eaux dans le vallon de Trémonteix font des Côtes de Clermont un site essentiel du bassin clermontois pour l'époque antique (une stèle funéraire doit également être signalée).

   

    Une importante villa dans la vallon de Trémonteix

    Un premier établissement rural, déjà suffisamment important pour être qualifié de villa, est fondé au milieu du Ier siècle apr. J.-C. dans le vallon de Trémonteix.

    Une deuxième phase voit apparaître au IIe siècle une villa plus importante dont le type est connu sous la dénomination de villa « à pavillons multiples alignés ». La pars rustica (partie domestique et agricole) était en effet constituée d'une vaste cour orientée N/S et délimitée par des murs sur plus de 100 m, le long desquels on trouvait de petits pavillons. Au nord, l'enceinte s'ouvrait par une « tour-porche » sur un sanctuaire, dont les constructions mises au jour datent du IIIe siècle. Le problème concerne l'emplacement de la pars urbana (partie résidentielle). Pour Kristell Chuniaud, soit cette dernière se trouvait hors de l'emprise des fouilles, soit le sanctuaire aurait été construit à son emplacement.


Pars rustica (partie domestique et agricole) de la villa gallo-romaine - cour de 100 m de long
et vestiges de pavillons (cliché K. Chuniaud/INRAP - 2010)

 


    Des bassins vinicoles

    Un bâtiment, construit postérieurement dans l'emprise du sanctuaire, possédait au rez-de-chaussée des bassins maçonnés en béton de tuileau. Ceux-ci, parvenus pratiquement intacts jusqu'à nous, étaient encore étanches ! Des tuyaux en plomb, rarement conservés en place sur ce type de structure, reliaient les bassins du haut (fouloirs ?) à ceux du bas (cuves). Ces aménagements évoquent fortement des bassins vinicoles (leur disposition est en effet quasi-semblable à des bassins découverts sur le site de Brauneberg en Moselle). Cependant, l'étude du mobilier archéologique et les analyses chimiques du revêtement des cuves n'ont jusqu'à présent pas permis de valider cette hypothèse.





Bassins : fouloirs et cuves vinicoles ?
 (cliché
J. L. Amblard/ASCOT - 2010)
Tuyau de plomb et revêtement en béton de tuileau
(cliché J. L. Amblard/ASCOT - 2010 )